• Les fantômes de Saint-Michel
  • par Jake Lamar
  • (Rivages/Thriller 2009)
  • titre original "Ghosts of Saint-Michel"
    traduit de l'anglais (états-unis) par Stéphane Carn
    et Catherine Cheval

Célèbre figure de la communauté afro-américaine de Paris, Marva Dobbs est l'exemple même de la réussite : son restaurant, le Soul Food Kitchen, ne désemplit pas, elle a épousé Loïc Rose, un avocat d'affaires apprécié des milieux politiques, et le couple a eu une fille, Naima, qui fait de brillantes études aux Etats-Unis.

Quelle mouche a donc piqué Marva qui, à soixante ans passés, a eu un irrésistible coup de foudre pour son jeune cuisinier, Hassan Mekachera ? Cette liaison ne serait qu'une simple complication domestique si, un jour de la fin du mois d'août, Mekachera ne s'était pas volatilisé. Enlèvement ou fuite ? La police le soupçonne d'être impliqué dans l'attentat qui vient de ravager le siège du WORTHEE, un organisme culturel américain. Et voici que bientôt, Marva disparaît à son tour. Pour Naima, rentrée en toute hâte de New York, la vie bascule dans le cauchemar, surtout quand elle découvre la face cachée de ses parents.

Dans ce deuxième roman parisien, Jake Lamar convoque certains des personnages de Rendez-vous dans le 18ème, mais aussi des fantômes de l'histoire. Plus précisément, ceux du quartier Saint-Michel, qui fut à plusieurs reprises le théâtre d'événements tragiques. Les Américains expatriés et les immigrés maghrébins côtoient des "espions" rescapés de la guerre froide dans ce polar enlevé et fantaisiste, à l'ironie parfois cruelle.

  • Les Critiques :
  • "Dans le genre polar, Jake Lamar, le plus parisien des écrivains afro-américains de Paris, a vraiment imposé sa marque. Après « Rendez-vous dans le 18e », l'auteur vient tourner autour de la place Saint-Michel, ajoutant à son art des mélanges l'ingrédient historique... Lamar est très fort dans la construction d'un synopsis diablement rythmé... L'écrivain y observe finement le lot des préjugés innervant une société riche des couches successives de ses immigrations. Et des fantômes de l'Histoire, que l'auteur fait sortir des placards, à commencer par ceux qui pèsent lourd entre la France et l'Algérie. Mais attention, ce créateur de personnages superbement attachants donne toujours à l'amour le rôle moteur de l'action. C'est le piment de son nouveau livre, aussi savoureux que "la bonne cuisine familiale" de Marva..."
    Ce livre a été le « coup de cœur » du magazine Le Point pour la fête du livre de Toulon 2009
  • --Valérie Marin La Meslée, Le Point, 19 novembre 2009
  • "De facture classique, 'Les Fantômes de Saint-Michel' est bien plus que roman noir. Derrière le réalisme teinté d’ironie qui est la tonalité dominante du roman, derrière les fins ressorts psychologiques qui font progresser l’intrigue, l’auteur dessine un tableau de mœurs précis de la communauté d’expatriés noirs américains. (.....) Et si l’attentat du siège du Worthee, le centre culturel américain situé en plein cœur de la capitale française, était une ébauche de celui du World Trade Center? (.....) Jake Lamar s’affirme comme un auteur américain qui utilise les procédés du polar pour mieux observer son pays natal qu’il compare à un membre de sa famille 'qu’il aime mais qui le rend fou'."
  • --La Marseillaise, 16 octobre 2009
  • "Tout le charme de ces « Fantômes de Saint-Michel » tient au regard à la fois familier et étonné que [Jake Lamar] porte sur la capitale à travers une amusante galerie de portraits et certains épisodes occultés de notre histoire (la répression de la manifestation organisée par le FLN le 17 octobre 1961). Lamar situe son intrigue dans l’innocence de l’avant 11-Septembre et s’interroge avec brio sur la naissance de la paranoïa."
  • --Hubert Prolongeau, Elle